Voyage dans une forêt enneigée avec INSOMNIUM au Petit Bain - Paris, 15 janvier 2017

Insomnium barren earth wolfheart

En ce dimanche 15 Janvier 2017, la pluie qui tombe sur nous ne tarde pas à se transformer en neige, ce qui crée une ambiance parfaite pour le concert du soir : INSOMNIUM.

Etant une très grande fan du groupe, je voulais absolument y être dès 14H, mais au bout de quelques minutes d’attente, seule devant le Petit Bain, je commence à remettre mon choix de venir en avance en question. Quelques fans se joignent à moi vers 17H mais ce n’est qu’à 18H que le public commence réellement à arriver. Le concert de ce soir, tout comme celui de Lyon la veille, est complet, ce qu’on comprend avec la merveilleuse affiche : WOLFHEART (qui m’a été chaudement recommandé par des amis), BARREN EARTH (que je ne connais pas), et INSOMNIUM (que j’attends avec beaucoup d’impatience) !

Les portes sont à peine ouvertes que je cours dans la salle pour m’assurer une place au premier rang. Une fois installée, une bonne partie des gens présents dans la salle se détendent pour profiter au mieux de la chaleur du lieu pour essayer de sécher et de se réchauffer après le déluge, subi pendant des heures. Les quelques trente minutes qui nous sont accordées avant que WOLFHEART ne lance les hostilités ne sont pas de trop pour que la vie revienne dans nos corps frigorifiés. L’intro démarre et le groupe prend place sur scène, avec froideur et sobriété. Je regrette qu’il n’ait eu qu’un set d’une demi-heure, qui limite grandement les titres dont nous profitons, mais qu’importe, les musiciens sont précis, violents et très charismatiques ! C’est avec le titre explosif The Hunt que début leur set, suivi sans attendre de Strength and Valor. Nous ne tardons pas à comprendre que le groupe a choisi de jouer au maximum, et donc de communiquer au minimum, pour le court set qui leur est accordé, surtout qu’en seulement quatre ans d’existence, le groupe nous a offert trois merveilleux albums. Ghosts of Karelia est l’occasion pour le public, enfin réchauffé, de se lancer dans quelques circle pits qui semblent plaire à WOLFHEART, mais c’est surtout avec Boneyard que la fosse s’unira dans un merveilleux chaos de headbang, pogos et hurlements ! Nous avons ensuite droit au légendaire Zero Gravity, que vous devez écouter si vous ne le connaissez pas ! Le groupe ne cesse de prouver que s’ils sont excellents mélodiquement et techniquement sur album, leur présence scénique est tout aussi incroyable. Les morceaux sont joués avec fluidité et puissance, dans un set réglé au millimètre. C’est sur Routa Part. 2 que le groupe achève son concert avec brio. Cette chanson s’accompagne de la seule intervention de Tuomas Saukkonen, le chanteur guitariste. Après un tel show, on ne peut que regretter que WOLFHEART n’ait pas bénéficié d’un set plus long qui leur aurait sans doute permis d’échanger un peu plus et de nous présenter bien plus de titres. En tous cas, ils ont parfaitement réveillé la salle (ce qui était un vrai défi vu le temps que nous avions affronté à l‘extérieur) et on peut uniquement souhaiter qu’ils repassent prochainement nous voir !

Setlist de WOLFHEART :

The Hunt
Strength and Valor
Ghosts of Karelia
Boneyard
Zero Gravity
Routa Pt. 2

Très rapidement, les musiciens rangent leur matériel et laisse la place au groupe BARREN EARTH. Ce groupe venu, comme les deux autres, de Finlande, m’est totalement inconnu mais je dois avouer avoir beaucoup d’attentes puisque WOLFHEART a fait un show incroyable et que je sais qu’INSOMNIUM fera encore mieux ! La première chose qui me surprend est l’apparence du groupe, qui est très hétérogène. Le guitariste Janne Perttilä est totalement possédé, en contraste total avec le bassiste Olli-Pekka Laine (qui a d’ailleurs joué pour AMORPHIS entre 1990 et 2000) qui m’évoque plutôt un musicien de Visual Kei de la scène européenne (SEREMEDY ou HYBRIDS si vous voulez voir de quoi je parle) par son look et son retrait apparent sur scène, tout comme le claviériste Kasper Mårtenson (également membre d’AMORPHIS entre 1993 et 1995) qui demeure très absent, et qu’on entend très peu. Le second guitariste, Sami Yli-Sirniö (qui joue chez KREATOR depuis 2001), est également assez effacé et le batteur, Marko Tarvonen reste caché derrière sa batterie alors que le chanteur, Jón Aldará, semble copier avec beaucoup de précision Nick Holmes de PARADISE LOST… Enfin bref, vous l’aurez compris, je ne me doutais absolument pas que BARREN EARTH était un groupe de Doom Death mélodique s’inspirant parfois de Rock Progressif. Et j’avoue être un peu déçue musicalement, en particulier par rapport aux deux autres groupes de l’affiche de ce soir. Vous pensez peut être que je juge un peu vite le groupe mais à part quelques fans qui connaissaient visiblement déjà le groupe, le public peine à profiter de leur set. Leur univers musical n’est pas celui des personnes présentes ce soir, moi incluse, mais j’admets que le chanteur se donne sur scène et que les références musicales du groupe s’entendent dans leurs propres chansons. On ne peut nier la maîtrise des musiciens et leur bonne volonté, mais l’ensemble est bien trop hétéroclite, que ce soit au sein même du groupe ou vis-à-vis de WOLFHEART et INSOMNIUM. Je suis peut être totalement passée à côté de leur concert donc je peux simplement vous conseiller d’aller les écouter et de vous faire votre avis !

Setlist de BARREN EARTH :

The Leer
Flicker
A Shapeless Derelict
Set Alight
Cold Earth Chamber
On Lonely Towers

Enfin, voici le tour d’INSOMNIUM de prendre possession du navire (le Petit Bain est un bateau si certains d’entre vous n’y ont jamais mis les pieds) et de nous mener tout droit dans les terres glacées de la Finlande ! Pour commencer, nous avons droit à Winter’s Gate, le dernier album du groupe, en intégralité ! Si vous ne le connaissez pas, je précise qu’il s’agit de sept pistes constituant une histoire, écrite sous forme de livre par le chanteur, Niilo Sëvanen. Le public entre aussitôt en transe et se laisse porter durant près de quarante minutes ininterrompues de musique très mélodique, tantôt aérienne et presque mystique, tantôt brutale et nerveuse. Après avoir joué cet album, les musiciens sortent de scène avant de revenir, sous nos acclamations. Le concert semble vraiment avoir été pensé en deux temps puisque les membres d’INSOMNIUM se montrent bien plus communicatifs et essaient même de parler français avec un public réjouit qui s’empresse de répondre ! Leur set se poursuit avec The Gale et Mortal Share qui donnent à voir un autre aspect du groupe et permet au public de se lâcher davantage que sur Winter’s Gate. Avec While We Sleep et Bereavement, la fosse s’éveille totalement de sa transe et se met à sauter au point de faire bouger le bateau ! Nous avons ensuite droit au merveilleux Change Of Heart, sur lequel personne ne relâche ses efforts pour montrer au groupe à quel point nous sommes heureux de les recevoir à Paris. Les cheveux volent dans une chaleur réellement infernale ! Only One Who Waits est la dernière chanson violente que le groupe nous propose avant que le calme revienne grâce à la sublime The Promethean Song, un titre extrêmement aérien et reposant. Le groupe quitte une seconde fois la scène alors qu’une porte est enfin ouverte, faisant un peu circuler l’air frais dans une fosse pleine de sueur. INSOMNIUM revient à nouveau avec Equivalence, suivie de Down With The Sun ! Le groupe semble ravi de nous voir aussi énergiques et distribue poignées de mains et médiators à la fin de Weighed Down With Sorrow, annoncée comme la dernière chanson du set. Je ne réalise pas que le concert est fini lorsque je vois les membres sortir de scène. Ce concert était réellement magique et je ne suis absolument pas déçue d’avoir patienté des heures durant sous la pluie et la neige pour profiter de ce concert au premier rang ! Une partie des titres que je voulais entendre a été jouée avec talent et énergie et je sors donc comblée, même si le premier album manquait à la setlist selon moi.

Setlist d’INSOMNIUM :

Winter's Gate, Part 1
Winter's Gate, Part 2
Winter's Gate, Part 3
Winter's Gate, Part 4
Winter's Gate, Part 5
Winter's Gate, Part 6
Winter's Gate, Part 7
The Gale
Mortal Share
While We Sleep
Bereavement
Change of Heart
Only One Who Waits
The Promethean Song

-En-
Equivalence
Down With the Sun
Weighed Down With Sorrow

Une seconde fois, nous attendons dans le froid, mais les musiciens ne tardent pas à sortir. Peu de gens se sont attardés avec ce temps mais les musiciens se montrent très ouverts et accessibles. Ils sont vraiment gentils et prêts à discuter, signer des CDs et prendre des photos. Ce concert était donc un succès pour WOLFHEART et INSOMNIUM ! J’ai vraiment eu du mal à entrer dans l’univers de BARREN EARTH mais leur set a permis à la fosse de se reposer pour offrir un accueil surpuissant à INSOMNIUM ! En tous cas, je suis ravie d’avoir enfin vu mon groupe favori et je n’ai qu’une hâte : les revoir au plus vite pour un nouveau concert d’une telle qualité !

Insomnium Barren Earth Wolfheart

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×