Amaranthe fait chavirer le Petit Bain - Paris, 3 novembre 2016

Amaranthe

Le dernier album d'Amaranthe nous avais laissé septique quand à son succès, malgré quelques titres toujours aussi efficace, le groupe voulant exporer de nouvelles sonorités pop associées à leur Metal. Il fallait attendre de l'écouter en live en espérant un meilleur rendu et c'est ce qu'on a pu retenir du passage du combo à Paris le 3 novembre dernier. Pouvais-t-on en dire autant sur les deux groupes en premières parties? Je le pense.

Smash into pieces promo 20141


C'est à Smash Into Pieces d'ouvrir le bal avec son batteur au look original, celui-ci étant vêtu d'une cape noire et d'un masque munis de LED. Petit bémol, il joue sur un kit électronique alors que rien ne vaut une vraie batterie. Mais ça s'accorde avec ce combo atypique avec son chanteur qui nous offre un joli brin de voix et qui a su chauffer le public du Petit Bain malgré une ambiance soft. Sonic Syndicate en fera autant au risque de faire chavirer la barge. La Suède est bien représentée ce soir avec un show virevoltant. Ces groupes auront eu le mérite de marquer cette nuit d'automne et ils sont à revoir absolument.
 

Sonicsyndicate bandheader 940x300


Place maintenant à Amaranthe. La setlist qu'ils nous ont préparé était une véritable avalanche de leurs meilleures et plus efficaces compos. Cela va s'en dire que le dernier album Maximalism était à l'honneur. Une longue intro commence et on peut déjà reconnaître certains titres de la formation fondus dans cette ouverture. Au bout de quelques minutes interminables, les musiciens finissent enfin par montrer le bout de leur nez. Comme tout batteur qui se respecte, c'est Morten Løwe Sørensen le premier à monter sur la scène et de s'installer dernière ses pots en saluant la fosse. Il est suivi le bassiste Johan Andreassen que nous avions reçu en interview quelques heures plus tôt, ainsi que le guitariste Olof Mörck. Les trois chanteurs, la sublime Elyze Ryd pour le chanteur féminin clair, Henrik Englund pour les growls et Chris Adam Hedman Sörbye au chant masculin clair, qui n'est autre que le chanteur de Smash Into Pieces. Celui-ci remplace Jake E. absent de la tournée.

Sans nous faire attendre plus longtemps, le concert débute sur Maximize, suivi de Boomerang, deux titres inédits issus du nouvel album Maximalizm. Le micro d'Elyze semble être un peu trop fort, sa voix résonnant dans tout le Petit Bain. Quand à Chris Adam, il donne l'impression qu'il n'est pas à l'aise et ça se répercute sur sa prestation. Son charisme est loin d'égaler celui de Jake. Des samples familiers commence à se faire entendre dans la salle et ravis les fans du premier album, et c'est bel et bien Hunger que le combo nous ressort de ses vieux placards! Ce titre provoque toujours un déchaînement dans le pit surtout lorsque que c'est au tout de Henrik de prendre la parole si l'on peut dire! 

Le groupe enchaîne sur Invincible venant du second album The Nexus. C'est toujours sympa d'avoir de bons vieux morceaux et ça continue avec 1.000.000 Lightyears. On revient sur plus récent avec Trinity et True, cette dernière qui laisse au public le temps de souffler. Olof nous berce avec ses solos plus que jouissif, avec une qualité de son à toute épreuve. L'accalmie sera de courte durée lorsqu'Amaranthe revient sur son nouvel album avec Fury, une compo où c'est Henrik qui mène le jeu, avec Elyze qui ne fait que l'accompagner sur le refrain. Le growler peut se lâcher sur ce titre qui à l'air d'être taillé sur mesure pour lui. Puis c'est au tour d'Elyze de s'emparer de la scène pour elle toute seule afin de nous interpréter l'une de leur plus belle ballade, Endlessly, un moment magique que nous offre la très belle chanteuse. S'en suit d'un excellent solo exécuté par Morten.

Amaranthe continue de nous présenter son dernier effort avec On The Rocks qui transforme le Petit Bain en boîte de nuit. Voilà un titre qui risque de laisser de marbre les premiers fans mais le groupe semble avoir prévu le coup pour eux en ressortant d'anciens titres comme AutomaticThe Nexus, la culte Amaranthine et Call Out My Name, avant de quitter la scène le temps d'une pause avant les rappels.

Le combo revient aussitôt après avoir été réclamé par le public qui en redemande et entame ses rappels avec Digital World venant du précédent album Massive Addictive, qui rappellera vite le concert de 2015 à La Machine du Moulin Rouge. Puis le combo enchaîne sur "l'OVNI" du dernier album, voir de toute sa discographie, That Song. Cela dit, elle donne un meilleur rendu en live mais qui continue de donner un côté Rihanna au chant d'Elyze qui pourrait en perturber plus d'un. Heureusement que les vieux titres sont là pour compenser comme avec Dynamite et celle que beaucoup réclamait depuis le début du concert, Drop Dead Cynical qui clôture cette soirée. Amaranthe nous a encore une fois démonter qu'ils pouvaient assurer un show avec une longue setlist et nous ont encore fait une belle démonstration de leur qualité de jeu avec des performances vocales à toutes épreuves.

Setlist : 

Maximize
Boomerang
Hunger
Invincible
1.000.000 Lightyears
Trinity
True
Fury
Endlessly
Drum Solo
On The Rocks
Automatic
The Nexus
Amaranthine
Call Out My Name

-En-
Digital World
That Song
Dynamite
Drop Dead Cynical

Amaranthe

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×