Betraying The Martyrs : The Resilient (Par Matthieu Lelievre)

15230838 10154556586356638 3164157884781509648 n

Fer de lance du Deathcore Symphonique à la française, Betraying The Martyrs revient avec The Resilient pour tout écraser sur leur passage.

Si le groupe s'est formé il y a maintenant neuf ans, on peut dire qu'ils ont grandement mûri. Les parisiens comptent sur la force du duo Aaron Matts (chant saturé) / Victor Guillet (chant clair et claviers) pour sublimer la rythmique formée par Boris Le Gal (batterie), Baptiste Vigier (guitare rythmique), Lucas d'Angelo (guitare lead) et Valentin Hauser (basse), ainsi que leurs éléments symphoniques apportés par le clavier. Avec un rythme régulier d'un album tous les trois ans, c'est le troisième album que les franciliens défendent actuellement dans toute l'Europe ! Circle pit dans trois, deux, un...


Déjà connue par les fans puisque la vidéo est sortie il y a quelques mois, Lost For Words est un excellent titre d'ouverture. A la fois atmosphérique et puissant, il souligne bien que le groupe n'a pas dit son dernier mot à la scène Deathcore, loin de là. Plus sage, du moins au début, Take Me Back est beaucoup plus mélodique, et même si c'est un registre que l'on connait très bien chez Betraying The Martyrs, c'est toujours appréciable. The Great Disillusion reprend les bases du groupe, se laissant porter par des ambiances au clavier, et avec une basse plus présente que dans les albums précédents.

Après une intro qui semble lointaine, Dying To Live explose d'un coup. Si c'est dans la technique que vous attendiez le groupe, il vous faudra plutôt chercher du côté de The Resilient, avec une pluie de blasts qui confirmera l'arrivée en force de Boris Le Gal, en remplacement de Mark Mironov, qui les as quittés l'an dernier. Le son d'Unregistered évoque clairement le Hardcore, avec ses riffs simplistes, mais garde le côté pachydermique du groupe, alors que We Won't Back Down est le titre le plus calme de l'album. Des chœurs, des rythmes lents mais bien sentis, un titre live par excellence.


Les murmures au début de (Dis)Connected en font un titre clairement à part, avec une ambiance propre et presque inquiétante que l'on ne connaissait pas au groupe, mais qui leur sied à merveille. Riffs dissonants et petite boîte à musique, c'est ce qu'il faut attendre de Behind The Glass, qui est clairement ma préférée. Un titre vraiment original une fois encore, mais dont l'univers est exceptionnel.

Retour au classique avec Waste My Time. Egalement plus simpliste que lors des albums précédents, cette composition ancre le groupe dans le registre qu'ils maîtrisent, alors que Ghost fera appel à des sons beaucoup plus électro qui dénotent du reste des titres, tout en s'intégrant à cet album grâce à une rythmique démentielle. Dernier extrait de l'album, Wide Awake nous permet d'apprécier une basse en trio avec la batterie et le clavier. Les dernières notes de clavier s'évanouissent dans le néant, permettant au CD de se terminer après seulement quarante-huit minutes.

Bien différent et avec un son beaucoup plus prononcé que ses prédécesseurs, The Resilient est la nouvelle façon qu'ont choisi les français de nous exposer leur univers, avec un condensé de trois ans de travail. En effet, que ce soit les solos, les ambiances ou la rythmique lourde à souhait, on reconnaît au premier coup d'oreille le son caractéristique à Betraying The Martyrs. Excellent boulot les gars, on se voit au Hellfest !

01. Lost For Words
02. Take Me Back
03. The Great Disillusion
04. Dying to Live
05. The Resillient
06. Unregistered
07. Won't Back Down
08. (Dis)Connected
09. Behind the Glass
10. Waste My Time
11. Ghost
12. Wide Awake

 

15284115 10154556681431638 1815615390857147198 n

Chronique rédigée par Matthieu Lelievre
 

Betraying The Martyrs

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×